Retraite à l'étranger

Passer sa retraite au Québec

retraite Québec

Chaque année, de plus en plus de retraités français souhaitent passer une retraite paisible au Québec. Ce rêve est, d’ailleurs, très compréhensible avec la grande qualité de vie, les grands espaces sauvages, ainsi que la sympathie des habitants de la Belle Province. Mais bien sûr, le choix de traverser l’Atlantique et de poser définitivement ses valises dans ce pays qu’est le Canada ne se fait pas à la légère. Voici les points importants à connaître avant de franchir le pas.

Retraite au Québec, quels avantages ?

Selon les statistiques, plus de 50 000 personnes par an dont les étudiants, les travailleurs et les retraités entrent sur le territoire québécois. Les chiffres sont, d’ailleurs, en augmentation régulière depuis de nombreuses années.

La pratique de la langue française

Le premier avantage qui incite les retraités, surtout les Français, à passer leurs vieux jours au Québec est la facilité de contact avec les locaux et donc, la facilité d’intégration. En effet, les Québécois sont francophones. Néanmoins, la compréhension de l’accent nécessite un temps d’adaptation.

Une grande qualité de vie

Poser ses valises dans la Belle Province permet également de profiter d’une grande qualité de vie. Le pays est connu pour son mélange de modernité et de traditions, de liberté et de sécurité. On ne se lasse pas, non plus, de ses grands espaces sauvages, mais aussi du dynamisme de ses villes.

La capital sympathie des Québécois

La réputation des Québécois quant à leur sens de l’hospitalité n’est plus à faire. Sans parler de leur système d’intégration efficace qui permet de passer des jours heureux dans ce pays.

Passer sa retraite au Québec, quels inconvénients ?

Bien évidemment, rien n’est parfait. Passer sa retraite au Québec présente tout de même quelques inconvénients qu’il faut noter pour une bonne préparation avant le départ.

Un système d’accueil spécifique

Le principal inconvénient du Québec est lié au sens de l’hospitalité des Québécois. En effet, le système d’accueil des migrants dans ce pays dépend principalement de ses besoins en termes d’économie. Le Québec prend également en compte dans sa sélection de migrants les biens apportés pour sa société ainsi que la capacité d’intégration. C’est la raison pour laquelle ce sont surtout les jeunes et les expatriés travailleurs qui ont  le plus de chance d’être acceptés dans le pays plutôt que les retraités.

Un climat différent de celui de la France

Avant de s’envoler vers le Québec, il faudra aussi que vous preniez en compte le climat du pays qui est très différent de celui que vous connaissez en France. En effet, sur le territoire québécois, il existe une forte amplitude entre le Nord et le Sud, entre une exposition polaire et une influence continentale. Les hivers peuvent, en plus, y être très rudes : les températures peuvent rester autour de – 50°C pendant plusieurs jours. Par ailleurs, les périodes estivales restent souvent assez fraîches. Bref, il faut vous préparer à de grandes variations de climat qui nécessitent d’adapter les valises en conséquence. Si sous souhaitez passer votre retraite à l’étranger, mais dans un pays plus chaud, vous pouvez choisir entre la Thaïlande, le Portugal, l’Espagne, la Croatie, etc.

Québec

Des paysages somptueux du Québec à découvrir pendant sa retraite

Retraite au Québec : un visa est-il nécessaire ?

Les ressortissants français qui souhaitent entrer sur le territoire québécois n’ont pas besoin de se procurer un visa. Toutefois, il faut noter que cette grande souplesse n’est possible que pour les personnes qui y séjournent pendant moins de 6 mois dans l’année.

Les retraités qui désirent passer une retraite de façon permanente au Québec doivent, quant à eux, obtenir un visa de résident permanent. Pour cela, vous aurez à en faire la demande auprès de la délégation générale du Québec à Paris et de l’Ambassade du Canada en France. Un premier «certificat de sélection du Québec » ou CSQ vous sera délivré après examen de votre dossier. Ensuite, votre demande sera envoyée à l’Ambassade du Canada qui va vous délivrer le droit d’entrée sur le territoire québécois.

Il faut noter que l’obtention du visa de résident permanent est la première étape à effectuer avant d’entamer une demande de citoyenneté canadienne. Ce document vous donne droit à l’ensemble des dispositifs sociaux proposés dans le pays. Cependant, il n’offre pas le droit de vote. Vous devez également savoir que le visa de résident permanent ne peut être accordé qu’à condition que le demandeur respecte certains critères fixés par le Québec. Par ailleurs, vous devez prévoir une somme d’environ 350 dollars pour obtenir ce document.

Vous devez vivre pendant au moins 2 ans au Canada sur une période de 5 années pour conserver le statut de résident permanent. Sachez également qu’en tant que résident permanent au Québec, vous aurez l’obligation de payer les impôts canadiens, même si vous restez encore citoyen de votre pays d’origine. Vous serez tout de même exonéré de contributions sociales en France dès votre départ du territoire, car vous ne serez plus considéré comme résident français.

Si vous avez les moyens financiers de vous payer des allers-retours réguliers, vous pouvez aussi opter pour un double domicile, en France et au Québec. Ainsi, vous n’aurez pas à vous lancer dans les démarches en vue de l’obtention d’un visa de résident permanent. Vous pourrez alors profiter de votre retraite au Québec 6 mois par an et revenir dans votre pays d’origine le reste de l’année.

Retraite au Québec : la question de la couverture maladie

La question de la couverture maladie est un point qu’il faut considérer lorsque l’on prend sa retraite, surtout dans un pays étranger. Sachez qu’en 2003, le Québec et la France ont signé une entente franco-québécoise de sécurité sociale. Grâce à cet accord, toutes personnes qui veulent s’installer sur le territoire québécois peuvent bénéficier de la couverture maladie du Québec.

Avant de partir pour s’envoler vers le Québec, rendez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie afin de les prévenir de votre départ à venir. Là-bas, on vous donnera un formulaire qui vous permettra de vous inscrire à la Régie d’assurance maladie du Québec. C’est cet organisme qui prendra en charge vos prestations de santé sur le territoire québécois. Le RAMQ couvrira également vos soins de santé dans le cas où vous retournez en France provisoirement et où vous aurez besoin de soins urgents. Grâce à l’entente franco-québécoise de sécurité sociale, l’invalidité, l’assurance vieillesse et l’assurance décès sont aussi couvertes.

Pourquoi s’inscrire à la Caisse des Français de l’Étranger ?

Vous pouvez aussi vous inscrire à la Caisse des Français de l’Étranger pour bénéficier de prestations complémentaires à celles offertes par le Québec. Cet organisme couvre, en effet, les frais de santé qui ne seraient pas ou encore qui sont peu pris en charge par le régime de santé canadien. Pour en profiter, rendez-vous sur le site de la CFE et remplissez le formulaire dédié à cet effet. Des documents complémentaires vous seront demandés pour confirmer votre demande.

Cependant, cotiser à la Caisse des Français de l’Étranger ne présente que très peu d’intérêt pour l’expatrié. En effet, en contrepartie d’une double protection, vous devrez payer des cotisations dont le montant est calculé selon le montant de votre pension de retraite française. En plus, vous devrez aussi, en même temps, payer les cotisations du régime de santé obligatoire canadien. En d’autres termes, vous devrez payer des cotisations en double.

Je prends ma retraite au Québec : qui paye ma pension retraite ?

Pour les personnes qui ont travaillé en France, c’est leur pays d’origine qui paiera leurs pensions de retraite. Par contre, les retraités qui ont travaillé en France et au Canada seront payés par les deux pays en fonction du temps travaillé sur le territoire de chacun.

Pensez à prévenir la caisse de retraite de base où vous percevez habituellement votre pension de retraite ainsi que votre caisse de retraite complémentaire lors de votre prochain départ au Québec.

N’oubliez pas non plus de transmettre un certificat de vie tous les ans à votre caisse de retraite en France. Vous pouvez le faire par courrier ou encore via un canal numérique. C’est ainsi que vous pouvez prouver que vous êtes toujours en vie et que votre caisse de retraite ne verse pas vos pensions de retraite dans le vide. Il est recommandé de réaliser cette démarche dans les temps afin d’éviter une suspension du versement de vos pensions. C’est généralement ce qui arrive en cas d’oubli.

Grands espaces sauvages, belle qualité de vie, habitants sympathiques… le Québec présente tellement d’atouts qui ne manquent pas d’attirer les seniors français chaque année. Y passer sa retraite nécessite, toutefois, le respect de quelques précautions et de certains critères. Avant de faire vos valises pour couler vos vieux jours au Québec et y apprécier votre retraite, vous devez effectuer quelques démarches importantes. Des formalités qui concernent notamment, la couverture maladie, et les pensions de retraite ainsi que le visa de résident permanent.

Laisser un commentaire