Partir vivre à l’étranger : un rêve réalisable


Fermez les yeux et imaginez une plage de sable blanc et la mer bleu turquoise juste devant votre terrasse ; le soleil, un ciel bleu et les palmiers ondulants sous la brise...


Si cette idée vous séduit, parcourez les pages de notre site,

Choisissez votre destination future parmi les 23 pays les plus appréciés des retraités français expatriés,

Abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter qui vous fera découvrir des petits coins de paradis et vous fera partager l'expérience de retraités français de tous niveaux sociaux, expatriés et heureux de l'être,

Commandez notre guide pratique dans lequel vous trouverez une mine d'informations utiles, qui répondra à toutes vos questions concernant les démarches à effectuer, et qui vous évitera de faire bien des erreurs.

Recherchez votre logement avec l'aide d'un agent immobilier francophone de confiance installé dans votre pays d'accueil.

 

Bref, nous vous accompagnerons dans votre réflexion préalable, nous vous communiquerons des informations pratiques sur les destinations les plus prometteuses, nous vous donnerons des conseils sur les démarches à entreprendre, nous vous expliquerons comment, à partir de 1000 € tout compris par mois, un couple peut vivre une retraite à l’étranger heureuse.


Notre site s’adresse à quiconque souhaite élargir son horizon en considérant les opportunités d’améliorer sa qualité de vie… et de réduire son coût de la vie… en regardant ce qui se passe au-delà de nos frontières.

 

Vous avez fait le rêve, Nous avons fait la recherche, Suivez nous ...
Nous vous guiderons de là où vous êtes, à là où vous rêvez d'aller !

 

*******************

Newsletter de la semaine


Comment Surmonter le Choc Culturel d’une Retraite à l’Etranger
 
Lille France, le 19 décembre 2014

Cher(e) abonné(e),

Planifier une retraite à l’étranger est une excellente idée, qui n’a jamais été aussi facile à envisager qu’aujourd’hui. Cependant il existe un challenge, rarement abordé,  auquel vous allez devoir faire face au début de votre nouvelle vie dans votre pays d’accueil. On appelle cela le "choc des cultures", qui se décompose en trois phases successives :
 
La phase de "lune de miel"
Selon les circonstances, cette phase peut s’étendre aux premiers jours, aux premières semaines, voire même aux six premiers mois du séjour. Elle se caractérise par un sentiment d’euphorie et de curiosité provoqué par la nouveauté.
A l’arrivée dans votre nouveau pays, tout est nouveau, exotique et tout semble parfait. Vous avez une attitude très positive, vous avez envie de tout voir, de tout goûter et de faire de nouvelles expériences.
 
La phase de "panique"
Puis vient la phase de panique qui se déclenche lorsque vous passez du statut de "touriste" au statut d’"expatrié", lorsque vous prenez conscience que certains des aspects qui au début vous avaient séduits, entament à présent la confiance en vous.

Peu importe combien de temps vous avez passé à planifier votre projet et combien de recherches vous avez effectué, il est à peu près sûr que, au cours de la première année, peut-être même au cours du premier mois dans votre nouvelle installation, vous allez vous demander ce qui vous a pris de penser que partir à l’étranger était une bonne idée.
Le paradis ? Cet endroit n’est pas un paradis, c’est un cauchemar.
Mon premier conseil : Patientez, cela va passer.
 
Quelque soit l’endroit où vous décidez de concrétiser votre rêve, même si c’est un pays qui semble aussi proche que le Portugal ou l’Espagne, vous allez traverser une période de panique qui sera peut-être due aux difficultés de la langue, à l’absence de vos proches, aux tracasseries administratives… Vous allez découvrir que les gens qui y habitent ne pensent pas comme vous, ne se comportent pas comme vous. Vous vous sentirez en exil et cela peut conduire à une attitude de rejet envers la culture de votre pays d’accueil.

Aucun pays n’est parfait, tous ont des "Plus" et des "Moins". De temps en temps, les "moins" vous perturberont. Vivre sur une île tranquille en Thaïlande vous permettra de profiter du soleil, d’une plage de sable fin et d’une eau chaude et transparente, mais vous serez éloigné d’une vraie ville et d’un aéroport international. Parfois l’isolement vous envahira.
 
La clé, pour passer cette étape difficile et vivre heureux dans votre nouveau petit nid, c’est de garder la tête froide. Quand le doute et la frustration s’installeront, comme ce sera le cas, souvenez-vous de deux choses. Premièrement, ne prenez pas de décisions hâtives, le moment de panique passera.
 
Deuxièmement, pendant que vous attendez que cela se passe, rappelez-vous pourquoi vous avez choisi ce pays plutôt qu’un autre. Etait-ce pour ses plages paradisiaques ? Si oui, partez sur la côte pour quelques jours de relaxation sous les palmiers. Etait-ce pour le bas coût de la vie ? Réservez un diner au restaurant et profitez-en pour faire un festin pour le prix d’un "Flunch" en France. Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans votre nouvelle vie ? Si vous y avez emménagé pour satisfaire votre passion pour la pêche, passez du temps à attraper du poisson et invitez ensuite vos nouveaux amis à venir le déguster autour d’un barbecue.
 
Essayez de  savoir pourquoi vous doutez de votre décision d’être parti vivre à l’étranger :  
Si vous n’aimez pas la saison des pluies, allez ailleurs en attendant qu’elle se termine. Si votre famille vous manque, invitez-là à venir vous voir. Si vous n’aimez pas le voisinage où vous vous êtes installé, envisagez déménager.
 
Soyez préparé à ce que, durant les premières semaines ou les premiers mois, vous vous demandiez qu’elle idée saugrenue vous a pris de vouloir tout quitter. Non ce n’était pas stupide et ce n’était pas une erreur. Patientez, ce moment de panique passera. Progressivement arrivera la "nouvelle vie", celle que vous êtes venu chercher.
 
La phase d’"adaptation"
Peu à peu, vous apprendrez à accepter, sans juger, la culture, les gens, leurs coutumes et leurs valeurs. De fil en aiguille, vous commencerez à construire votre réseau social et à comprendre les us et coutumes de la société, et de ce fait vous vous sentirez moins isolés, moins faible, plus compétent.
Vous trouverez un juste milieu entre les valeurs de votre société d’origine et celles de votre société d’accueil. C’est alors que l’on peut vraiment parler d’adaptation.
 
Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année, ainsi qu’à tous ceux qui vous entourent.
 
Paul Delahoutre
 
 
Dans l’édition 2015 de notre guide "Retraite sans Frontières", nous vous donnons quelques conseils pour atténuer les effets du "choc culturel", pour vous aider à le surmonter avec succès et pour faciliter votre intégration sociale.

 

 


Recevez notre Newsletter

Prendre sa retraite à l’étranger et vivre mieux en dépensant moins !
Notre newsletter gratuite vous dira comment faire





A Propos
- Les médias parlent de nous
- Partenariat humanitaire
- Archives newsletter